Fermeture de noms de domaine : Les chiffres  belges & anglais
Lundi 16 Janvier 2017

Fermeture de noms de domaine : Les chiffres belges & anglais

Il arrive parfois que des noms de domaine soient fermés s’ils ne respectent pas les standards définis par le pays. Mais s'agit-il de cas exceptionnels ? La réponse en chiffre :) !

 

Le cas de la Belgique 

Nos voisins belges, mènent une lutte "acharnée" contre les sites au contenu illicite. Ainsi DNS Belgium a fermé en 2016 quelques 3209 domaines, dont 720 sur demande des autorités. Depuis plus de six ans maintenant, cet organisme régit les noms de domaines enregistrés, notamment en contrôlant étroitement les données whois. En effet, il arrive parfois que des internautes utilisent de fausses informations pour effectuer les enregistrements. 

Le cas de l'Angleterre

La situation en Angleterre concerne plus de 8000 domaines suspendus depuis novembre 2015. Les raisons pour lesquelles Nominet (le registre local) s'est opposé à ces domaines relèvent de l'utilisation illégale de ces derniers. Qu'entend-on par illégal ? Tous les domaines liés aux infractions sexuelle via des termes offensifs ou à la criminalité sous quelconque formes sont formellement interdits. La police et les organismes d'application de la loi sont ensuite en mesure de lever la suspension ou non, après examination des plaintes. Fort heureusement, cela ne représente que 0.08% des domaines enregistrés sur ce territoire.  

Cependant, ces suspensions ou fermetures ne viennent pas toujours d'un registre ayant identifié un domaine non approprié, cela peut parfois émaner d'une personne souhaitant fermer son propre nom de domaine, ou alors celui d'une autre pour usage frauduleux par exemple. A ce titre si vous souhaitez un nom de domaine en .be ou .co.uk, jetez un oeil à notre liste de domaines


Retour à la liste des articles
Contactez-nous
X
Une question ? Besoin d'informations complémentaires?
Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous contacter




Votre adresse mail :
 
Sujet :
 
Message :
 
 
Envoyer